PREMIÈRES LIGNE #104, La catabase de Jack Jakoli

PREMIÈRES LIGNE #104

Bonjour, ravie de vous retrouver pour un nouveau rendez-vous du dimanche : premières lignes, créé par Ma Lecturothèque.

Le concept est très simple, chaque dimanche, il faut choisir un livre et en citer les premières lignes.

Je poursuis aujourd’hui avec vous ce nouveau rendez-vous hebdomadaire !

Et merci à Aurélia pour ce challenge.

Le livre en cause

La catabase de Jack Jakoli

Attention la première scène de ce livre est un scène choc, elle peut heurter la sensibilité des personnes les plus sensibles. Mais elle est indispensable pour l’histoire que nous raconte l’auteur.

1

La pièce ressemble à la chambre froide d’un vieux réfectoire à l’abandon. Carrelages blancs salis, certains couverts de taches rougeâtres. À travers son masque en forme de tête de porc, un homme écoute des sonorités terrifiées.

Couchée sur le dos et sanglée sur une table métallique montée sur roulettes, une femme nue tente de se débattre. Des chaînes suspendues à d’énormes crochets entourent chacune de ses chevilles. Ses mains sont attachées sous la table. Une large bande autocollante maintient son front. Un bâillon entrave sa bouche.

Plutôt grand, l’homme porte un pantalon de travail, un pull rouge et un vieux tablier de boucher déjà maculé de sang. Pieds nus, il dispose ses ustensiles sur une desserte. Un couteau de cuisine basique. Une scie à élagage de petite taille. Un marteau de charpentier. Un désherbeur manuel. Des seringues accompagnées d’un flacon.

Sa mise en place se clôture par l’installation d’un trépied devant la femme apeurée.

À l’aide d’une petite caméra, il passe en revue la jeune femme blonde des pieds vers la tête. Exhibant ainsi son intimité écartée. Des larmes recouvrent ses joues, miroir de la plus primale des peurs.

L’objectif placé sur le support dédié, l’homme s’approche d’un micro et prononce quelques mots d’une voix tronquée, robotisée.

J’ai bien reçu vos paiements. Nous allons pouvoir commencer conformément à vos directives.

Sur la table à outils, sa main s’empare du marteau de charpentier. Le côté plat vers la fille. L’objet s’abat violemment sur l’un des tibias. Le craquement produit un cri perçant. La jeune femme se débat. Juste le temps de comprendre que la chaîne qui lui maintient la jambe cassée lui procure une douleur plus vive encore. Le bourreau réitère sans attendre sur l’autre tibia. Le même son. La même douleur. La même détresse.

L’homme marque une pause. Il récupère le marteau pour, cette fois, frapper ses genoux. À deux reprises, les hurlements inondent la pièce. La victime tente de ramener ses jambes en position fœtale. Sans y parvenir. Les entraves et la douleur l’en empêchent.

Pour des raisons pratiques, ce qui va suivre sera légèrement différent de la demande initiale. Après s’être débarrassé du modificateur vocal, le tortionnaire tire sur la chaîne reliée au système de poulie pour lever les jambes brisées et écartées.

La scie à élagage. Sa pointe s’approche de l’anus. D’un geste sûr, la lame s’enfonce d’environ dix centimètres. Le niveau sonore des cris fait hocher la tête masquée en signe de satisfaction. Il extrait l’outil d’un coup sec. Arrachant ainsi de la chair intérieure et extérieure. Pour ne pas nuire à sa réutilisation, il débarrasse l’objet des substances organiques à l’aide de son tablier.

À peine le temps d’admirer le sang couler de l’orifice sectionné que la lame s’enfonce de nouveau. La femme hurle de douleur avant de s’évanouir.

Le bourreau s’en aperçoit, il secoue la tête.

L’outil abandonné dans le rectum, l’homme plonge sur l’une des seringues déposées sur la table. L’aiguille pompe du liquide inconnu dans un flacon avant de pénétrer le corps inerte. La substance produit un effet immédiat et réveille d’un coup la jeune femme. Comme en transe, le bourreau se dirige vers la caméra sans en détourner les yeux. Dans un mouvement ample et circulaire, il extirpe la scie violemment.

Le sang et la chair giclent. Les hurlements de la jeune femme vrillent ses propres tympans. Un flot de larmes ruisselle sur ses joues.

Nous arrivons à la prochaine étape. L’abstraction de sa féminité.

Auteur : Collectif Polar : chronique de nuit

Simple bibliothécaire férue de toutes les littératures policières et de l'imaginaire.

15 réflexions sur « PREMIÈRES LIGNE #104, La catabase de Jack Jakoli »

Un petit mot à ajouter, un commentaire à me laisser !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :