PREMIÈRES LIGNE #116 : L’habit ne fait pas le moine, Margot et Jean Le Moal

PREMIÈRES LIGNE #116

Bonjour, ravie de vous retrouver pour un nouveau rendez-vous du dimanche : premières lignes, créé par Ma Lecturothèque.

Le concept est très simple, chaque dimanche, il faut choisir un livre et en citer les premières lignes. (ou parfois le lundi)

Je poursuis aujourd’hui avec vous ce nouveau rendez-vous hebdomadaire !

Et merci à Aurélia pour ce challenge.

Le livre en cause

Bretzel et Beurre Salé – Tome 3 : L’Habit ne fait pas le moine

Margot et Jean Le Moal

1.

Un si joli panorama

Mercredi 3 septembre

Les nuages du début de journée s’étaient évaporés et le soleil dardait ses rayons sur la côte. En ce début de mois de septembre, le beau temps faisait de la résistance, à la grande joie des touristes qui avaient attendu la fin des congés d’été pour profiter tranquillement de ce petit bout de paradis finistérien. Sur les plages, les adeptes de la bronzette utile pouvaient enfin dévorer leur roman sans craindre l’apparition soudaine d’un ballon ou d’un frisbee, suivie d’un « Scusez-moi ! » dans les meilleurs cas ou d’un « Vous pouvez m’le renvoyer ? » nettement plus agaçant.

Si les amateurs de paddle, planche à voile ou kitesurf avaient vu leurs rangs diminuer, la campagne et les landes envoûtaient les nouveaux vacanciers. Les longues promenades en bord de mer sur le GR34, célèbre sentier des douaniers, ravissaient les yeux et remplissaient les poumons de ce fameux bon air iodé qui aiderait à mieux passer l’hiver. Découvrir au détour d’un petit chemin un de ces mégalithes érigés sept mille ans plus tôt offrait un côté excitant aux balades plus forestières. Menhirs, dolmens et cairns entretenaient toujours mystères et fantasmes.

Les bars et les restaurants continuaient à afficher complet, les souvenirs à se vendre aussi facilement qu’un pangolin au marché de Wuhan, et le beurre à se baratter pour la confection des kouign-amanns, des sablés et de tout plat digne de ce nom. Les mouettes, elles, planaient au-dessus de cette agitation saisonnière et voyaient défiler les mois sans l’angoisse de la rentrée : la nature leur fournirait toujours de quoi se nourrir. Seuls quelques goélands plus audacieux regrettaient les cornets de frites dans lesquels ils ne pourraient plus plonger en piqué au grand dam de leur propriétaire. Bref, ceux qui savaient saisir les bons moments de la vie appréciaient ces jours de repos à Locmaria.

À deux kilomètres de la côte, un promontoire offrait un panorama splendide sur l’océan qui scintillait sous les rayons du soleil. Immobile au milieu des arbustes et autres herbes folles desséchées par la chaleur estivale, un homme fixait la mer, la mine réjouie. Puis il scruta une nouvelle fois le terrain en friche qu’il venait d’arpenter. Certes il y avait ces quelques cailloux qu’il faudrait retirer, mais il avait déjà négocié avec un entrepreneur qui n’en ferait qu’une bouchée.

Tout promeneur y aurait vu les ruines d’anciens édifices religieux : des murs affaissés dont les pierres taillées avaient roulé sur le sol, des arches gothiques lézardées que le vent et la pluie n’avaient pas encore totalement mises à terre. Étonnamment, comme épargnée par le destin, une chapelle tenait presque debout, laissant la lumière l’éclairer à travers sa toiture, effondrée depuis longtemps. Il s’agissait des restes de l’abbaye de Locmaria, abandonnée depuis le XVIIIe siècle. Si nombre d’abbayes avaient été restaurées, celle-ci n’avait pas eu cette chance et avait perdu de sa gloire passée. Aucun mécène, public ou privé, n’avait jugé nécessaire de réhabiliter le monastère et son église. La Bretagne en possédait de nombreuses, et la renommée de l’abbaye de Locmaria était maintenant à des années-lumière de celles de Beauport ou de Landévennec. Cependant, le visiteur romantique aimait y flâner le soir, quand les rayons du soleil couchant nimbaient de leurs derniers feux les pierres qui s’élevaient vers le ciel en une prière muette.

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

• Lady Butterfly & Co
• Cœur d’encre
• Ladiescolocblog
• Aliehobbies
• À vos crimes
• Le parfum des mots
• Ju lit les mots
• Voyages de K
• Prête-moi ta plume
• Les paravers de Millina
• sir this and lady that
• 4e de couverture
• filledepapiers
• Les lectures de Marinette
• Chat’pitre
• Les Lectures d’Emy
• Critiques d’une lectrice assidue

Auteur : Collectif Polar : chronique de nuit

Simple bibliothécaire férue de toutes les littératures policières et de l'imaginaire.

9 réflexions sur « PREMIÈRES LIGNE #116 : L’habit ne fait pas le moine, Margot et Jean Le Moal »

Un petit mot à ajouter, un commentaire à me laisser !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :