Trophée Anonym’us, les mots sans les noms ! La Solution du KiaEkriKoi

Trophée Anonym’us, les mots sans les noms ! La Solution du KiaEkriKoi

La réponse du KIAEKRIKOI, 
par ordre alphabétique d’auteurs.
Vous pouvez cliquer sur leur nom pour retourner directement sur leur nouvelle.

Sophie Aubard


Nouvelle 20 – Un air de famille

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Solene Bakowski


Nouvelle N°12 – Nos chers voisins

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Katia Campagne


Nouvelle N° 10 – Quand la terre mourra

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Céline Denjean


Nouvelle 17 – Rédemption

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici ?!


Sandrine Destombes


Nouvelle 21 – Faute Grave

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Pascale Dietrich


Nouvelle 18 – L’intersection

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Eric Yann Dupuis


Nouvelle N°4 – Le spectre de la vérité

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Sacha Erbel


Nouvelle N°2 – Plus fort que Superman

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Nick Gardel


Nouvelle N°7 : Faut bien se nourrir

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Fred Gevart


Nouvelle 16 : Marie Martine – De la neige en été

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Fredérique Hoy


Nouvelle N°6 : Histoire d’Oreille

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Stéphanie Lepage


Nouvelle N°5 – Beauté épinglée


Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Guy Masavi


Nouvelle N°8 : Tout ce qui est humain

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Salvatore Minni


Nouvelle 14 – Béton armé

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Natacha Nisic


Nouvelle N°3 – Dans la bouche

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !

Tom Noti 


Nouvelle N° 11 – The Champion

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


David Patsouris


Nouvelle N°14 – Elle a peur, peut-être

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Laurence Simao


Nouvelle N°13 – Trois âmes pour seule arme

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Simon François


Nouvelle N°15 – Contrechamp

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Ahmed Tiab 


Nouvelle N°9 : Un soir d’orage

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Balthazar Tropp 


Nouvelle N° 1 – Autoportrait

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !

Trophée Anonim’us : L’interview de la semaine : Pascale Dietrich

mercredi 14 novembre 2018

L’interview de la semaine : Pascale Dietrich

Pascal Dietrich

Cette année, ce sont les auteurs eux-mêmes qui ont concocté les questions de l’interview, celles qui leur trottent dans la tête, celles qu’on ne leur pose jamais, ou tout simplement celles qu’ils aimeraient poser aux autres auteurs.

Aujourd’hui l’interview de Pascale Dietrich


1. Certains auteurs du noir et du Polar ont parfois des comportements borderline en salon. Faites-vous partie de ceux qui endossent le rôle de leurs héros ou protagonistes pendant l’écriture, histoire d’être le plus réaliste possible ?Bande de psychopathes !

Mes personnages ont souvent des idées farfelues et des comportements amoraux. En ce qui me concerne, en salon, je fais bien attention à paraître la plus normale possible pour éviter tout malentendu. Jusqu’à présent, contrairement à mes héroïnes, je n’ai encore jamais congelé personne, je le jure.

2. Douglas Adams est promoteur de 42 comme réponse à la vie, l’univers et le reste. Et vous quelle est votre réponse définitive ?

Ayant des problèmes d’oreilles, il m’arrive d’être un peu perdue dans les conversations, surtout dans les lieux bruyants. Avec l’expérience, je me suis aperçue qu’il y a une réponse qui marche à tous les coups, quelle que soit la question : « c’est incroyable ! » Les gens sont flattés car ils ont l’impression d’être captivants et ça les encourage à poursuivre. Cela convient à toutes les discussions, des plus anodines aux plus philosophiques. Et si on me demandait, par exemple, mon avis sur le conflit israélo-palestinien, ça passe aussi.

3. Y a-t-il un personnage que vous avez découvert au cours de votre vie de lecteur et avec lequel vous auriez aimé passer une soirée ?

4. Si tu devais avoir un super pouvoir ce serait lequel et pourquoi?

J’aimerais avoir une main qui fait plaque électrique. Il suffirait de poser une casserole dessus pour qu’elle chauffe. Ça peut servir si je suis perdue dans la forêt pour cuire de la viande ou des châtaignes et, avec ce super pouvoir, fini le café qui refroidit dans la tasse.

5. Est-ce que tu continuerais à écrire si tu n’avais plus aucun lecteur ? (même pas ta mère)

Je fais de la natation alors que personne ne me regarde enchaîner les longueurs, donc je suppose qu’il n’y a aucune raison pour que j’arrête d’écrire…


6. Quel a été l’élément déclencheur de ton désir d’écrire ? Est-ce un lieu, une personne, un événement ou autre ?

Depuis que je suis enfant, j’aime raconter des histoires, mais c’est l’ordinateur qui m’a donné envie d’écrire de façon sérieuse et régulière. Quand j’ai reçu mon premier PC et que j’ai pu retravailler mes textes, je me suis dit que c’était vraiment ça que je voulais faire. Cette machine mettait dix minutes à démarrer, j’en garde un souvenir attendri.

7. Est-ce que le carmin du sang de ses propres cicatrices déteint toujours un peu dans l’encre bleue de l’écriture ?

Je m’inspire peu de mon propre vécu, mais mes colères font partie des moteurs de l’écriture. Par exemple, quand je me suis aperçue que les hommes et les femmes n’étaient toujours pas égaux face aux charges domestiques alors même que ces dernières travaillent et ont des boulots aussi prenant qu’eux, la question du rapport aux hommes a pris plus de place dans mes textes. Aujourd’hui, celle du monde du travail est aussi un élément récurrent.

8. Penses tu qu’autant de livres seraient publiés si la signature était interdite ? Et toi, si comme pour le trophée Anonym’us, il fallait publier des livres sous couvert d’anonymat, en écrirais-tu ?

Je pense que la majorité des auteurs n’écrivent pas pour se faire mousser. En ce qui me concerne, je continuerais sans hésitation. L’important est d’avoir un retour sur mon travail, mais il me semble que l’anonymat ne compromet pas cela.

9. Pourquoi avoir choisi le noir dans un monde déjà pas rose ?

Les meurtres et les drames constituent d’excellents ressorts narratifs. En outre, le noir est une manière de pousser les logiques humaines à l’extrême, comme un miroir grossissant. Ceci dit, dans mes textes, il y a toujours un côté humoristique, ce qui rend les choses plus légères. J’aime beaucoup mélanger le sordide et la dérision.

10. Quelles sont pour toi les conditions optimales pour écrire ?

Je suis particulièrement efficace le matin. C’est un moment où j’ai les idées claires. Si je pouvais travailler absolument quand je veux, je bloquerais des plages horaires très régulières, à peu près celles d’une mairie. 9h-12h/14h-16h. L’après-midi, j’irais peut-être courir ou nager car c’est là que me viennent souvent les idées. Malheureusement, je suis loin d’avoir autant de temps. Sinon, j’aime écrire dans le silence, sauf quand je travaille dans un café où le bruit et la musique ne me dérangent pas.

11. si vous deviez être ami avec un personnage de roman, lequel serait-ce?

Je m’entendrais sans doute bien avec les personnages de Jean-Philippe Toussaint, par exemple le narrateur de La télévision. Il se met toujours dans des situations pas possibles. Je me verrais bien me promener avec lui dans les parcs de Berlin et vivre de petites aventures du quotidien. Je me souviens d’une scène où il va nager nu dans un lac comme cela se fait en Allemagne et, en sortant de l’eau, il tombe sur son chef qui se met à lui faire la conversation comme si de rien n’était.

12. Quel est ton taux de déchet (nombre de mots finalement gardés / nombre de mots écrits au total ) ? Si tu pouvais avoir accès aux brouillons/travaux préparatoires d’une œuvre, laquelle serait-ce ?

Au moins 50 % ! Quand je commence un roman, je pars la fleur au fusil, sans plan préétabli. Ensuite, je ne cesse d’ajuster, couper et déplacer. C’est pareil pour le style, je barre, reformule, etc. Résultat, j’écris probablement trois cent pages pour accoucher d’un roman de cent cinquante pages.Si je pouvais voir le brouillon d’un œuvre, je prendrai un roman de Jean Echenoz. Je serais curieuse de voir comment se passe le processus de construction de ses textes dont les scénarios sont généralement un peu fous.