Trophée Anonym’us, les mots sans les noms ! La Solution du KiaEkriKoi

Trophée Anonym’us, les mots sans les noms ! La Solution du KiaEkriKoi

La réponse du KIAEKRIKOI, 
par ordre alphabétique d’auteurs.
Vous pouvez cliquer sur leur nom pour retourner directement sur leur nouvelle.

Sophie Aubard


Nouvelle 20 – Un air de famille

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Solene Bakowski


Nouvelle N°12 – Nos chers voisins

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Katia Campagne


Nouvelle N° 10 – Quand la terre mourra

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Céline Denjean


Nouvelle 17 – Rédemption

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici ?!


Sandrine Destombes


Nouvelle 21 – Faute Grave

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Pascale Dietrich


Nouvelle 18 – L’intersection

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Eric Yann Dupuis


Nouvelle N°4 – Le spectre de la vérité

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Sacha Erbel


Nouvelle N°2 – Plus fort que Superman

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Nick Gardel


Nouvelle N°7 : Faut bien se nourrir

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Fred Gevart


Nouvelle 16 : Marie Martine – De la neige en été

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Fredérique Hoy


Nouvelle N°6 : Histoire d’Oreille

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Stéphanie Lepage


Nouvelle N°5 – Beauté épinglée


Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Guy Masavi


Nouvelle N°8 : Tout ce qui est humain

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Salvatore Minni


Nouvelle 14 – Béton armé

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Natacha Nisic


Nouvelle N°3 – Dans la bouche

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !

Tom Noti 


Nouvelle N° 11 – The Champion

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


David Patsouris


Nouvelle N°14 – Elle a peur, peut-être

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Laurence Simao


Nouvelle N°13 – Trois âmes pour seule arme

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Simon François


Nouvelle N°15 – Contrechamp

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Ahmed Tiab 


Nouvelle N°9 : Un soir d’orage

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !


Balthazar Tropp 


Nouvelle N° 1 – Autoportrait

Et pour revoir la vidéo « indice » cliquez ici !

Trophée Anonym’us, l’interview de la semaine : Sandrine Destombes

logo anonym'us test 1 (1)

L’interview de la semaine : Sandrine Destombes

Cette année, ce sont les auteurs eux-mêmes qui ont concocté les questions de l’interview, celles qui leur trottent dans la tête, celles qu’on ne leur pose jamais, ou tout simplement celles qu’ils aimeraient poser aux autres auteurs.


 

Aujourd’hui l’interview de 
Sandrine Destombes


Sandrine Destombes.

1. Certains auteurs du noir et du Polar ont parfois des comportements borderline en salon. Faites-vous partie de ceux qui endossent le rôle de leurs héros ou protagonistes pendant l’écriture, histoire d’être le plus réaliste possible ?

Bande de psychopathes !

Absolument pas ! Je suis sage comme une image. En revanche, j’observe mes petits camarades et je prends des notes. On ne sait jamais. Avoir des dossiers sur ses confrères, ça peut toujours servir...

 

2. Douglas Adams est promoteur de 42 comme réponse à la vie, l’univers et le reste. Et vous quelle est votre réponse définitive ?

Life is a bitch, then you die !

 

3. Y a-t-il un personnage que vous avez découvert au cours de votre vie de lecteur et avec lequel vous auriez aimé passer une soirée ?

Ilya Kalinine, des Camut & Hug, à la condition qu’il se fasse teindre les cheveux en brun.

 

4. Si tu devais avoir un super pouvoir ce serait lequel et pourquoi?

Métamorphe comme Mystic. Ça ouvre le champs des possibles !

 

5. Est-ce que tu continuerais à écrire si tu n’avais plus aucun lecteur ? (même pas ta mère)

Je passerais peut-être à l’enregistrement vocal. Sérieux, quitte à pas être lu(e), pas la peine de perdre du temps à taper tous les mots.

 

6. Quel a été l’élément déclencheur de ton désir d’écrire ? Est-ce un lieu, une personne, un événement ou autre ?

Un trop plein de temps. Sensation nouvelle et étrange pour moi qu’il m’a fallu combler.

 

7. Est-ce que le carmin du sang de ses propres cicatrices déteint toujours un peu dans l’encre bleue de l’écriture ?

Forcément. Détourné, ou déguisé, mais forcément !

 

8. Penses tu qu’autant de livres seraient publiés si la signature était interdite ? Et toi, si comme pour le trophée Anonym’us, il fallait publier des livres sous couvert d’anonymat, en écrirais-tu ?

Autant, peut-être pas, mais cela donnerait une chance à tout le monde. Quant à écrire sous l’anonymat, je pense que j’y prendrais un certain plaisir !

 

9. Pourquoi avoir choisi le noir dans un monde déjà pas rose ?

Une forme de catharsis, j’imagine…

 

10. Quelles sont pour toi les conditions optimales pour écrire ?

Le soleil, l’espace et le calme (bref, les vacances !)

 

11. si vous deviez être ami avec un personnage de roman, lequel serait-ce?

Rocco Schiavone, le personnage récurrent d’Antonio Manzini. J’aime tout chez lui !

 

12. Quel est ton taux de déchet (nombre de mots finalement gardés / nombre de mots écrits au total ) ? Si tu pouvais avoir accès aux brouillons/travaux préparatoires d’une œuvre, laquelle serait-ce ?

Pas beaucoup de déchets. Je fais déjà dans le minimalisme. Si je retirais des mots, la phrase deviendrait bancale.

Je n’aimerais pas avoir accès aux brouillons des autres. Où serait la magie si on connaît les ficelles.

L’exquis cadavre exquis, épisode 25

L’exquis cadavre exquis, épisode 25

Elle s’appelait Camille, avait la phobie de la chlorophylle et n’a rien trouvé de mieux que de se cacher dans une serre pour tenter d’échapper à son l’Assassin .

Les inspecteurs Leriot et Remini sont sur le coup mais de nombreuses questions restent encore inexpliquées

Pourquoi Max a-t-il été si troublé en apprenant la mort de Camille ? Qui envoyait à la victime de petits cercueils en bois ? Que sait la brigade financière sur cette mystérieuse affaire ?

Accrochez-vous, l’histoire se complique ! Camille a-t-elle été assassinée parce qu’elle enquêtait sur un vaste scandale pharmaceutique, avec Klatschmohn Aktion ? Ou bien à cause d’un détournement de fonds lié au Museum ? A moins qu’elle n’ait découvert l’escroquerie vinicole de son beau-père. Et si sa disparition était liée à celle de sa soeur jumelle ? La dépression de sa mère explique-t-elle son silence ? Quant à Costes, le privé à la réputation sulfureuse, quel rôle a-t-il joué dans l’histoire ?

Maintenant la suite c’est vous qui l’inventez !


L’exquis cadavre exquis

Exquis Cadavre Exquis. Episode 25 SandrinePNG

Episode 25

by Sandrine Destombes

Il est temps de partir…

 

Il avait fallu une énième remontrance du juge Fabre pour que Sebastián prenne sa décision.  Une heure plus tôt, il bataillait encore avec sa collègue pour savoir quelle était la piste à suivre. Valérie restait persuadée qu’il fallait chercher du côté de Laure Longchamps. Pour l’enquêtrice, la mère de Camille avait forcément des révélations à leur faire. Sa fille avait dû lui parler de ses avancées. Peut-être lui avait-elle remis des documents. Qui penserait à fouiller les tiroirs d’une femme recluse en HP ? Sebastián, pour sa part, était convaincu que c’était une perte de temps. Toutes les pistes convergeaient vers l’Allemagne. Ce qui n’était au départ qu’une intuition s’était transformée en certitude, la veille au soir, suite à l’appel de Xavier Costes. Le ton railleur du détective privé résonnait encore dans sa tête :

– Alors Sebastián, toujours un temps de retard à ce que je vois ! Ce n’est pourtant pas faute de t’avoir aiguillé.

– Salut Costes ! Je te dirais bien que ça me fait plaisir de t’entendre mais je manque d’humour en ce moment.

– Tout doux, bijou ! Je t’offre un gage de paix. Ou, tout du moins, une trêve.

– Je t’écoute.

– Ton pote Lindberg m’a contacté.

– Max ?

– Tu connais beaucoup de Lindberg ?

– Qu’est-ce qu’il te voulait ? souffla Sebastián, déjà fatigué par cette joute stérile.

– Un de ses confrères du Spiegel lui a filé mon nom. Visiblement, ton pote mène son enquête et il n’a pas l’intention de t’en parler. En revanche, il n’a pas hésité un instant à m’embaucher. On prend la route demain matin. Direction Strasbourg avant d’aller saluer nos amis, les Schleus.

– Et tu me fais cette confidence parce que… ?

– Écoute Sebastián, crois-le ou pas, je l’aimais bien la petite Camille. Ton journaleux et moi, on part en chasse et je n’ai aucun doute qu’on va débusquer ceux qui s’en sont pris à elle. Mais j’ai passé l’âge de croire aux super-héros ! Sans ton badge de shérif, on n’ira pas loin. Alors, t’en es ?

Sebastián avait abrégé la conversation repoussant au lendemain sa réponse. Il avait passé la nuit à ruminer cette conversation, cherchant à saisir ce qui l’irritait le plus : le fait que Max Lindberg ait décidé de faire cavalier seul, ou l’idée de travailler main dans la main avec Costes. Quelle que soit la réponse, il était bien obligé d’admettre que ce n’était qu’affaire d’ego.

Alors, quand le juge Fabre l’avait menacé de lui retirer l’enquête si aucune percée n’était faite dans les vingt-quatre heures, Sebastián avait tranché, sans réfléchir aux conséquences que cela pourrait avoir sur son eczéma. Lerot avait demandé au magistrat de lui octroyer les autorisations nécessaires pour enquêter en Allemagne tandis que sa collègue suivrait la piste de la mère Longchamps.